12ème Congrès Vents d’Ouest – Les conférences

Jeudi 26 novembre 2020

Conférences plénières

8h30Dr Catherine GUEGUEN*

Un autre regard sur l'enfant grâce aux neurosciences
Grâce aux neurosciences affectives et sociales nous comprenons mieux actuellement le développement des enfants et leurs besoins. C’est une grande chance. Ces connaissance changent vraiment notre regard sur l’enfant et elles montrent que la qualité de la relation entre l’adulte et l’enfant, la bienveillance sont essentiel pour son développement. Une relation chaleureuse, empathique et soutenante a un impact direct sur le cerveau de l’enfant et lui permette de déployer pleinement ses capacités affectives et intellectuelles. L’éducation punitive, les dévalorisations, les humiliations verbales ont un impact aussi néfaste que les coups et peuvent entraîner des troubles du comportement important. Quand les adultes développent leurs compétences émotionnelles et sociales : l’empathie, l’écoute, l’attention à soi et aux autres, les enfants s’épanouissent, même s’ils viennent de milieux très défavorisés. »

9h25Dr Françoise GEROT, Mme Cécile BERTRAND, M.Tristan MILOT*

La voix du petit peuple du silence. De l’écoute de l’enfant, à la sécurité et à la stabilisation émotionnelle de l’enfant et du système
Chutt…Écoutons la voix du petit « Tonne » et de la petite « Fanêtte ».
Parce qu’un enfant qui « tonne » trop fort ou qui se laisse « faner » dans son épanouissement est un enfant qui va mal. Écoutons le bruit de la négligence, des traumatismes, de la parentification, du regard transparent des adultes, sur la trajectoire du développement de l’enfant. Écoutons la voix du petit peuple du silence au travers de leurs maux qui sont perceptibles quand on les regarde et qu’on les écoute. Parce que les enfants d’aujourd’hui sont les enfants de maintenant et seront les adultes et les parents de demain, éclairons de compréhension comment la constitution dans l’enfance de ces traumatismes dits Complexes, continuera de faire du bruit à l’âge adulte.
Chutt… écoutons et observons maintenant le doux bruit de la sécurité et de la régulation émotionnelle, à tous les étages du développement de l’enfant, à tous les étages de l’entourage et à tous les étages du système des intervenants.

10h50 – Mme Stéphanie BARTH et Mme Catherine SIMON*

Syndrome d’Alcoolisation Fœtal (SAF) : ouvrons les dialogues. Du dépistage à l’accompagnement des enfants atteints de séquelles d’alcoolisation fœtale, avec l’association Vivre avec le SAF
Plusieurs enquêtes auprès de femmes et notamment enceintes, sur leur consommation d’alcool pendant la grossesse, nous apportent des éléments sur le sujet. Elles confirment qu’il reste important de continuer de diffuser le message de principe de précaution et de l’expliquer. L’exposition prénatale à l’alcool semble être un sujet mieux connu. Cependant, ce thème est parfois réduit à sa forme la plus sévère, le syndrome d’alcoolisation foetale et de ce fait, sous estimé, non repéré et encore moins diagnostiqué chez les enfants exposés. La connaissance clinique de ces troubles liés à l’exposition prénatale à l’alcool, première cause de déficience intellectuelle, évitable, reste un sujet en cours de développement. Ceci a pour conséquences que le diagnostic trop tardif retarde la mise en place d’aides et de solutions adaptées aux enfants et au système familial. De la dimension collective à l’intimité de chacun, le message d’information et le principe de précaution de s’abstenir de consommer de l’alcool pendant la grossesse doit être partagé sans modération.

17h30 M. Stéphane BUJOLD*

S’allier la famille : l’apprivoisement pour ne pas s’aliéner
Dans le contexte du 21e siècle, plus les familles sont en difficultés plus elles se tiennent loin des systèmes ayant comme mission de leur venir en aide. Dans ce contexte social où les familles ne présentent pas de demande, il devient nécessaire d’innover et de réinventer le travail de terrain. Le passage de la faute à la responsabilisation requiert un temps d’apprivoisement qui passe nécessairement par la reconnaissance de la compétence de la famille. Un temps où donner du bon, reconnaître les forces et faire vivre des émotions positives permet de développer l’alliance de travail et la confiance nécessaire à tout projet de changement.

11h35 Conférences simultanées

C1 Mme Lucia ROMO

Usage, mésusage, addiction sans substance… ouvrons les dialogues avec notre relation aux écrans.
Contenu bientôt disponible

C2 M. Jean-François CROISSANT
Émergence de l’Addictologie sociale : pratiques, concepts et méthodes.
Contenu bientôt disponible

C3 Dr Alain VALLEE
Les thérapies narratives appliquées aux dialogues avec les personnes dont les addictions ont submergé l'existence.
Le Dr Alain Vallée met en place et propose des outils pour créer des dialogues ou conversations constructifs avec des personnes dont la vie (le champs existentiel, leur santé, leurs relations, leurs valeurs…) a été gravement altérée par les conséquences de leurs addictions, il s’inspire à la fois des thérapies « Centrée-solutions » et des pratiques narratives.

C4 Mouvement d’entraide
Mouvement d’entraide : pionnier du travail avec l’entourage
Contenu bientôt disponible

C5 M. Stéphane BUJOLD*
Alliance - Famille : à la rencontre des compétences
Le programme Alliance-Famille a été structuré sur la finalité d’offrir un traitement aux familles concernées par la dépendance dont un enfant est placé par les services de la protection de la jeunesse. Le processus d’affiliation avec la famille permet d’aider les familles qui se voient contrainte à recevoir de l’aide, à aider les parents afin qu’ils puissent ensuite aider leurs enfants et mettre fin à des transmissions intergénérationnelles de schémas de négligence et de maltraitance. Dans le travail avec la famille et les partenaires des autres systèmes, l’esprit de collaboration est privilégié pour éviter les clivages et les disqualifications.

Vendredi 27 novembre 2020

Conférences plénières

8h00 – M. Jean-François CROISSANT *

Ouvrir les dialogues avec l’Approche «Centrée Solutions»

La thérapie(TCS)* et plus largement l’approche centrée-solutions (ACS)ont des particularités qui les rendent particulièrement efficientes en addictologie. : addictologie sociale et addictologie exercée en centres de soins ambulatoires ou autres. En rapport avec le thème du Congrès elles facilitent l’ouverture de dialogues coopératifs et existentiels : destinés à rendre la vie de nos interlocuteurs meilleure, comme conjointe ou père ou fille ou collègue ………..
Après plus de deux décennies de pratiques : quelques fils directeurs et des exemples .
Connaissez-vous le tricot Irlandais : un fil et des entrelacs qui ont un sens, un art de les combiner . L’ACS est ainsi : des figures de base incontournables : des séquences réponses -reflets-questions ….bases d’un dialogue centré-solutions et une infinité de possibilités, un style …
Les solutions ce ne sont pas des patchs plaqués sur les problèmes ou livrés en kit. C’est ce que par petits pas les personnes mettent en œuvre et qui rend leur vie meilleure. Les personnes, parfois il faut les définir depuis leur place dans le dispositif d’aide sociale ou de soins : le consommateur, celui qui nous est « orienté » par la justice ; le parent qui est impuissant face à une dérive addictive, le(la) conjoint(e), mais nous ne rencontrons que des personnes à part entière. Et nous tentons de « dialoguer »et d’aider à ouvrir des dialogues centrés-solutions.
Cette approche regarde la vie et les consommations, les forces sur lesquelles bâtir des changements constructifs et les obstacles, les zones d’impuissance et les zones d’influence. Les exceptions à l’intérieur de l’espace problème. Elle offre un regard « en stéréo ».
C’est une posture éthique et un entraînement constant à discerner « ce que la personne veut faire de sa vie » et comment et avec qui parvenir à la rendre aussi bonne que possible. On parlera de construction d’objectifs et d’alliance coopérative ou thérapeutique selon les métiers.
C’est forcément des exemples : jacques son épouse et ses filles ; louise-anne et son fils, thierry sa maison ………et bien d’autres : des traces de dialogues.

*La thérapie centrée-solutions a été élaborée, dans les années 80 au BFTC (Brief Family Therapy Center ) à Milwaukee par une équipe regroupée autour de Steve de Shazer et Insoo Kim Berg qui étaient aussi un couple dans la vie courante. (cf Au-delà des miracles : un état des lieux de la thérapie brève solutionniste : de Shazer Steve, Dolan Yvonne……)ed Satas ; Pour une thérapie brève : le choix du patient comme éthique en psychothérapie Isebaert Luc et Cabié Marie-Christine Ed ERES.

Ressource complémentaire

8h45 – M. Tristan MILOT *

Soutenir le développement des enfants ayant un traumatisme psychologique complexe
En raison des multiples difficultés auxquelles ils font face, les enfants ayant vécu des traumas psychologiques complexes se retrouvent presqu’inévitablement en nécessité de services des différentes institutions sociales qu’il s’agisse de santé mentale et physique ou, encore, d’un quelconque accompagnement dans diverses facettes de leur vie. Or, les institutions sociales (et les organisations qui les représentent), dans leur forme actuelle, sont très peu outillées pour soutenir efficacement ces personnes. Cette conférence aborde la manière dont ces diverses institutions peuvent s’ajuster dans leur effort de soutenir le développement des enfants ayant un traumatisme psychologique complexe. Nous y présenterons notamment un modèle d’intervention en 10 composantes et utile à cette réorganisation.

15h45 M. J.F. CROISSANT, Mme S. RYCKEBOER, Mme C. MARIE *

Supervision individuelle, supervision collective : Prendre du recul, trouver du soutien, nourrir l’espoir, développer sa créativité, retrouver sa boussole. Des modalités pratiques systémiques pour une meilleure ouverture des dialogues
Contenu bientôt disponible

9h45 Conférences simultanées

C6 Mme Line CARON et Mme Mireille CARPENTIER

Une affaire de famille
Contenu bientôt disponible

C7 Dr Hervé LE BLAIS et Mme Annick BIGEAULT

Le modèle ACT (Thérapie d’Acceptation et d’Engagement) : une méthodologie au service de soi même en étant relié en pleine conscience à nos représentations et nos émotions, à nos forces
Contenu bientôt disponible

C8 M. François et Mme Monique MOUREAU, M. Marc et Mme Yolande HOURDEQUIN, Mme Paule GAULTIER

Alcool assistance, un mouvement d’entraide pour les personnes et l’entourage
Contenu bientôt disponible

C9 M. Tommy CAROFF et Mme Brigitte DALET*

DAPSA (Dispositif d’Appui à la Périnatalité et aux Soins Ambulatoires) : Favoriser l’accès et la continuité des soins, pour des groupes familiaux en situation complexe, de la période prénatale aux trois ans de l’enfant
Le DAPSA – Dispositif d’Appui à la Périnatalité et aux Soins Ambulatoires

La conférence aura pour but de présenter la façon dont le réseau travaille pour favoriser l’accès et la continuité des soins de groupes familiaux en période périnatale, quand une addiction, une trop grande souffrance psychique ou d’autres difficultés engendrent des conduites d’évitement des adultes, des difficultés à être en lien avec les services positionnés pour eux-mêmes et/ou leurs enfants. Le réseau étant sollicité par des professionnels, nous présenterons ce qui les conduits à nous contacter et la façon dont nous soutenons la continuité des accompagnements, la prise en compte de chacune des problématiques (somatiques, psychiques, sociales, éducatives, …) à l’œuvre, de chacun des services positionnés et de chacun des membres du groupe familial.

C10 M. Jean-François CROISSANT

Pratique d’animation de groupe avec des couples en addictologie
Contenu bientôt disponible